Mémoires du Poilu - Eugène Charrier

25,00 €
TTC
Quantité
Derniers articles en stock

  • Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée. Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée.

« Mémoires d’un évadé ou les préparatifs d’une évasion » est suivi d’un second chapitre « Tout va mal ». Avec ces deux titres, extraits du manuscrit d’Eugène Charrier, et représentant les deux seuls chapitres, on résume ce qui marquera à jamais la vie de ce paysan vendéen. Certes, il reviendra vivant des épreuves de la guerre 1914-18 mais, de ses souffrances au front, il ne juge pas nécessaire de les mémoriser dans ses mémoires. Il fait pourtant parti de ces Poilus qui vont vivre dans les conditions terribles des tranchées devant la ferme de Toutvent, au Sud d’Albert. C’est au cours de l’un de ces affrontements quasi quotidiens qu’il va être fait prisonnier par l’ennemi allemand.    Le manuscrit et les quelques cartes postales d’avant l’engagement dans la bataille de la Somme en 1915 sont un précieux témoignage de ce qu’ont vécu, trois « gefangenens » comme il se qualifie lui-même. Ecrit dans un français fort de riche, organisé, aux conjugaisons éclairées, ce manuscrit révèle les détails pour l’organisation de cette évasion, mais aussi les conséquences d’une évasion stoppée nette par le flair d’un chien de chasse, alors que les trois camarades étaient tapis comme des lapins. Le retour au camp, le jugement, l’emprisonnement sont également mémorisés pour servir son histoire, mais aussi celle de la famille, pour laquelle, après son décès des copies font être faites et réparties à ses descendants. Pour ces derniers, reprenant le titre de sa fille Simone : « mon père ce héros ».  Les commémorations du Centenaire 14-18 permettront de porter à la connaissance des amateurs d’histoire mais aussi des chercheurs et des historiens des informations inédites. C'est ce qu'ont voulu les membres de Vendée Patrimoine avec une série de Mémoires de Poilus. Ainsi, jusqu'en 2018, une trentaine de témoignages directs va être mise en lumière. Mais la démarche va plus loin, car si pour beaucoup, il s'agit, certes, d'un devoir de mémoire historique et anthropologique, c'est aussi le prétexte à donner vie à des sources dormantes, oubliées... qui ne demandent qu'à être partagées. Ce sont de réelles pages d'histoire locale mises en perspective avec l'histoire nationale.  Par cette édition, les Mémoires du Poilu d’Eugène Charrier sont portées à la connaissance des autres. Modestement, il s'agit de l'une des histoires authentiques de ces soldats qui se sont retrouvés dans une guerre qu'ils n'ont pas souhaitée. La collection initiée par l'OPCI-EthnoDoc, s'inscrit dans le cadre de l'opération Littérature orale du front et de l'arrière, mis en oeuvre et dirigé par Vendée Patrimoine. L'originalité de cette démarche a été remarquée par le Comité départemental du Centenaire et labellisée par la Mission interministérielle du Centenaire 14-18.

1 Article