Mémoires du Poilu - Henri Echardour

25,00 €
TTC
Quantité
Derniers articles en stock

  • Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée. Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée.

« À la lecture de la correspondance entre Henri Echardour, sa femme et sa fille, il est utile de souligner que la guerre apparaît pour les combattants comme une parenthèse. Certes, c’est une fracture qui rompt les habitudes quotidiennes mais les soldats, comme le montrent ces témoignages, gardent un lien direct et concret. à titre d'exemple, il y a ce souci de suivre, à distance, l'éducation religieuse de sa fille.  Il faut aussi souligner que ce corpus rassemble plusieurs témoignages donc plusieurs perceptions de la guerre. Il est à regretter l'absence des lettres qui doivent être plus précises et mieux renseignées. Les écrits sur cartes postales sont plus ramassés et plus concis. On ne donne rarement de mauvaises nouvelles, on ne parle pas des morts, dont le mot est cité qu'une seule fois en novembre 1916. Au delà des choses énoncées, ce corpus nous montre d'une part,  la place du père qui malgré les événements garde un lien étroit, affectif et éducatif avec sa fille. D'autre part, il y a la prégnance de la religion qui s'affirme plus encore avec l'allongement de la guerre. Enfin, il y a cette volonté d'écarter la guerre et celle de garder ce lien ténu avec ceux qui ont été impactés par ces événements. On ne parle pas ainsi de bataille, de mouvement, de tranchées... mais de toutes ces choses qui nous rappellent la vie d'avant », analyse Franck Beaupérin, spécialiste de la Guerre de 14-18.  Les commémorations du Centenaire 14-18 permettront de valoriser des gisements d’informations relatives à cette période dramatique de l’histoire. C’est ce qu’ont voulu les membres de Vendée Patrimoine avec une série de mémoires de poilus partagées. Ainsi, jusqu’en 2018, une trentaine de témoignages directs va être mise en lumière.  Mais la démarche va plus loin, car si pour beaucoup, il s’agit, certes, d’un devoir de mémoire historique et anthropologique, mais pour l’équipe de Vendée Patrimoine et la section Histoire d’Arexcpo, c’est aussi le prétexte à donner vie à des sources dormantes, oubliées… qui ne demandent qu’a être partagées. Ce sont de réelles pages d’histoire locale mises en perspective avec l’histoire nationale.  Par cette édition, les Mémoires du Poilu Henri Echardour sont portées à la connaissance des autres. Modestement, il s’agit de l’une des histoires authentiques de ces soldats qui se sont retrouvés dans une guerre qu’ils n’ont pas souhaitée. La collection initiée par EthnoDoc, s’inscrit dans le concept Littérature orale du front et de l’arrière, mis en œuvre et dirigé par Vendée Patrimoine. L’originalité de cette démarche a été remarquée par le Comité départemental du Centenaire et labellisée par les Ministères concernés Centenaire 14-18.

1 Article