Mémoires du Poilu - Athanase Carteau

25,00 €
TTC
Quantité
Derniers articles en stock

  • Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée. Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée.

Inquiet de son silence, son père, Louis Carteau a écrit, sans succès, au Service de Santé des Armées. C’est l’abbé Pigrée, de la 9e, qui raconte les évènements de ce jour fatidique, aux parents Carteau, dans sa lettre du 23 juillet 1918. « Le mardi 18 juin, au soir, Thanase, suite à un bombardement par obus à gaz, va relever les blessés. Pour être plus efficace ou par imprudence, il a ôté son masque. Ses camarades l’ont contraint à interrompre le service qu’il voulait poursuivre, pour aller se faire soigner ». Ils n’ont plus jamais eu de nouvelles de Thanase. Il est officiellement « mort pour la France » le jeudi 20 juin 1918, seulement 2 jours après son intoxication… Et les choses sont restées en l'état, jusqu'au 16 juillet 2005. Ce jour-là, la maison familiale étant désertée depuis plus d'un an, les petits-enfants se sont retrouvés pour un grand ménage. Bernard Pineau raconte : « Et là, surprise ! Dans plusieurs tiroirs, nous avons trouvé 9 carnets de guerre, résumant au jour le jour, le quotidien de nos deux aïeux. 2 appartenaient à mon grand-père et racontaient sa vie de musicien-brancardier du 6 août 1914 au 29 août 1919. Les 7 autres étaient ceux de Thanase pour la période du 5 août 1914 au 18 juin 1918, le jour où il a été gazé. Accompagnant ces carnets, plus de 200 documents en lien avec la guerre (cartes, photos, lettres, certificats...), véritable « trésor de guerre » qu'il a fallu partager à toute la famille dans un premier temps et au public aujourd'hui… ». Les commémorations du Centenaire 14-18 permettront de valoriser des gisements d’informations relatives à cette période dramatique de l’histoire. C’est ce qu’ont voulu les membres de Vendée Patrimoine avec une série de mémoires de poilus partagées. Ainsi, jusqu’en 2018, une trentaine de témoignages directs va être mise en lumière. Mais la démarche va plus loin, car si pour beaucoup, il s’agit, certes, d’un devoir de mémoire historique et anthropologique, mais pour l’équipe de Vendée Patrimoine et l’Association Histoire, Culture et Patrimoine de Saint-Michel-en-l’Herm, c’est aussi le prétexte à donner vie à des sources dormantes, oubliées… qui ne demandent qu’à être partagées. Ce sont de réelles pages d’histoire locale mises en perspective avec l’histoire nationale. Par cette édition, les Mémoires du Poilu Athanase Carteau sont portées à la connaissance des autres. Modestement, il s’agit de l’une des histoires authentiques de ces soldats qui se sont retrouvés dans une guerre qu’ils n’ont pas souhaitée. La collection initiée par EthnoDoc, s’inscrit dans le concept Littérature orale du front et de l’arrière, mis en œuvre et dirigé par Vendée Patrimoine. L’originalité de cette démarche a été remarquée par le Comité départemental du Centenaire et labellisée par les Ministères concernés Centenaire 14-18.

1 Article