Mémoires du Poilu - Jean-Louis Doucet

25,00 €
TTC

Littérature orale du front et de l'arrière.

Quantité
Derniers articles en stock

  • Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée. Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée.

Jean-Louis Doucet n'a pas été gâté par l'existence et cela dès son plus jeune âge puisqu'il perd son papa alors qu'il n'a que 10 ans. Pas facile d'avoir d'excellents résultats à l'école lorsque notre existence se trouve perturbée par la perte d'un être cher et quand celui-ci représente le guide, celui qui transmet ses connaissances et ses valeurs. L'école lui inculquera, certes, les valeurs morales et civiques, il apprendra ce qu'est le devoir, l'obéissance, l'amour du travail bien fait et les vertus de la famille.

Dans son carnet de notes qu'il tient au quotidien, il ne mentionne que la situation météorologique, quelques descriptions de moments de guerre sans qualificatifs exagérés alors qu'il côtoie l'horreur, vit dans la saleté et ne dort que très peu, se nourrissant mal mais buvant beaucoup. A cette lecture, nous avons la forte sensation qu'il applique avec exactitude la devise :  Patience, effort, confiance.

"...Le 29 décembre les Boches tirent sur Bellacourt et détruisent deux de nos cantonnements tuant deux civils, un jeune enfant de 8 ans et un vieux de 60 ans et blesse à une cuisse le caporal Crochet qui est évacué. Dès le soir nous partons en première ligne et nous restons jusqu'à minuit dans l'abri du boyau royal. A 10 heures on vient nous réveiller avec l'ordre de mettre la cagoule et approvisionner le fusil. Enfin la nuit se passe bien mais le canon tonne de temps en temps..."

Il aura donné six années de sa vie à la patrie, alors qu'il était déclaré soutien de famille ! De retour au pays en 1919, nous pouvons comprendre qu'il aura à cœur de transmettre son expérience à son fils et à l'amour du travail bien fait. Probablement une qualité déterminante qui aura été retenue pour son mandat de 4e adjoint au maire avec la responsabilité des routes et chemins de la commune de Sallertaine.

Les commémorations du Centenaire 14-18 permettront de satisfaire feu Jean-Louis Doucet, mais aussi de donner un peu d'humanité à cette période dramatique de l'Histoire. C'est ce qu'ont voulu les membres de Vendée Patrimoine avec une série de Mémoires de poilus. Ainsi, jusqu'en 2018, une vingtaine de témoignages directs va être mise en lumière. Mais la démarche va plus loin, car si beaucoup, il s'agit, certes, d'un de voir de mémoire historique et anthropologique mais aussi le prétexte à donner vie à des sources dormantes, oubliées...qui ne demandent qu'à être partagées. Ce sont de réelles pages d'histoire locale mises en perspective avec l'histoire nationale.

Par cette édition, les Mémoires du Poilu, Jean-Louis Doucet sont portées à la connaissance des autres. Modestement, il s'agit de l'une des histoires authentiques de ces soldats qui se sont retrouvés dans une guerre qu'ils n’ont pas souhaitée. La collection initiée par OPCI-EthnoDoc s'inscrit dans le concept Littérature orale du front et de l'arrière, mis en œuvre et dirigé par Vendée Patrimoine. L’originalité de cette démarche a été remarquée par le Comité départemental du Centenaire et labellisée par les Ministères concernés Centenaire 14-18.

1 Article

Fiche technique

Editeur
AREXCPO en Vendée - Section Histoire
Vendée Patrimoine
Nombre de pages
100
Collection
Mémoires du Poilu
ISBN
2-919264-33-9