Mémoires du Poilu - Jean, Raymond Grasset

25,00 €
TTC

Littérature orale du front et de l'arrière

Quantité
Derniers articles en stock

  • Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée. Votre commande sera expédiée dès réception du paiement. En l'absence de règlement sous un délai de 7 jours, votre commande pourra être annulée.

Raymond, Jean, Alfred, Léon Grasset est né le 19 avril 1894 à Saint André-Treize-Voies. Engagé volontaire pour trois ans le 9 octobre 1913 à la mairie de la Roche-sur-Yon (Vendée) pour le 51e Régiment d'Artillerie à Nantes, la mobilisation générale du 2 août 1914 le fait partir avec les régiments vendéens (93e et 137e comme artilleur de la 21e division d'infanterie).

Il va suivre les combats de Maissin en Belgique puis de la Fère-Champenoise pour la bataille de la Marne. " Vaincre ou mourir ! " ... Humainement parlant, on ne pouvait pas vaincre ici, mais on a su y mourir ! Servants tombés près de leurs pièces, conducteurs morts entre leurs chevaux enflés... petits soldats tombés la face sur le sol sanglant ou couchés sur le dos, les bras en croix, la face vers le ciel. Et cette ligne de chemin de fer de Normée-Lenharée, lugubrement couverte de pantalons rouges.

Et puis ce sera les tranchées, l'enfer de la Somme, de la Champagne, de Verdun, du Chemin des Dames et enfin l’armistice du 11 novembre 1918. Il sera démobilisé le 1er septembre 1919.

Suivent le carnet de route de Baptiste Boussonnière (2e colonnial) et les correspondances de Joseph Tenaud (417e RI) qui indiquent la réalité des combats.

"Depuis un couple de jours les Boches sont pas si tranquilles ; ils nous bombardent tout le temps, heureusement que nos artilleurs savent leur répondre. Les tranchées sont toujours sales, par endroits on a de la boue jusqu'aux genoux : si ça ne va pas plus mal on peut porter la soupe que la nuit et on mange toujours froid... Je vous remercie pour le billet mais ne m'en envoyez pas d'autre pour le moment."

A Saint-André, comme dans la plupart des autres paroisses, on désire perpétuer le souvenir de nos héroïques défendeurs qui ont donné leur vie pour la France et pour nous conserver notre liberté. Après de longs mois ou de terribles années passées en des combats meurtriers, en des souffrances si cruelles, ces chers amis ont consommé leur immolation suprême, loin de leurs parents et de tout ce qui leur était cher, dans quelques coins ignorés où leurs restes demeureront ignorés eux-mêmes.

Par cette édition, les correspondances des poilus Jean Grasset, Baptiste Boussonnière et Joseph Tenaud sont portées à la connaissance de tous. Ces correspondances veulent rappeler la mémoire des 50 poilus de Saint-André-Treize-Voies morts sur les champs de bataille. Cette collection s'inscrit dans le programme Littérature orale du front et de l'arrière, mis en œuvre et dirigé par Vendée Patrimoine. L’originalité de cette démarche a été remarquée par le Comité départemental du Centenaire et labellisée par la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

1 Article

Fiche technique

Editeur
AREXCPO en Vendée - Section Histoire
Vendée Patrimoine
Nombre de pages
96
Collection
Mémoires du Poilu
ISBN
2-919264-30-8